À la communauté de la Faculté de médecine et des sciences de la santé,

Lundi dernier, le 28 septembre, Joyce Echaquan de la nation Atikamekw de Manawan est décédée tragiquement, dans des circonstances déplorables, alors qu’elle était à l’hôpital. Sa mort est un signal d’alarme de plus qui révèle dans toute sa laideur l’omniprésence du racisme systémique et de la discrimination dans notre société. Devant la violence verbale qu’elle a subie de la part des personnes sur qui elle comptait pour prendre soin d’elle, un examen de conscience s’impose, car le système de santé auquel nous appartenons tous l’a laissée tomber lamentablement, comme il néglige les peuples autochtones depuis des siècles.

Le Programme autochtone des professions de la santé de McGill, sous la direction du Dr Kent Saylor, a publié vendredi cette déclaration qui condamne le comportement révoltant des personnes impliquées et réclame que les institutions et les autres parties prenantes interviennent dans la lutte continue contre le racisme systémique. La Faculté appuie totalement le message du Programme et tient à exprimer humblement ses profondes condoléances à la famille de Joyce Echaquan et à sa communauté.

L’exercice d’une profession de la santé vient avec de grandes responsabilités. Il est de notre devoir de traiter les patients dignement, respectueusement et en faisant preuve d’empathie. Notre mission consiste à améliorer la santé des individus et des sociétés. Nous avons une responsabilité sociale. Des preuves irréfutables démontrent que le racisme systémique et la discrimination ont des répercussions néfastes sur la santé. Comme dans notre combat contre le racisme anti-noir, nous avons une très longue pente à remonter pour lutter contre le racisme systémique envers les peuples autochtones. Non seulement ceux-ci vivent-ils du racisme et de la discrimination dans le système de santé, mais ils rencontrent également des obstacles qui nuisent à leur accès aux études et aux carrières dans les professions et sciences de la santé, dans un cercle vicieux qui ne fait qu’exacerber la situation.

Le Programme autochtone des professions de la santé, le Bureau de la responsabilité sociale et de l’engagement communautaire et de nombreux membres passionnés de notre communauté mettent tout en œuvre pour éliminer les obstacles, sensibiliser le public aux préjugés inconscients et favoriser une meilleure santé pour les personnes autochtones et noires, ainsi que les populations défavorisées sur le plan socioéconomique ou autrement. Comme nous l’avons mentionné à la suite du décès tragique de George Floyd, nous nous engageons à faire mieux. La Faculté présentera très bientôt son cadre de lutte contre le racisme anti-noir, qui fera l’objet de consultations auprès de notre communauté. Ce faisant, nous tirerons parti de tous les efforts déployés pour accélérer nos interventions contre le racisme systémique et la discrimination envers les Autochtones.

Joignons nos efforts afin de faire en sorte que les Autochtones et tous les groupes défavorisés se sentent accueillis et en sécurité dans nos établissements.

Sincères salutations,

Dr David Eidelman

Vice-principal (Santé et affaires médicales)

Doyen de la Faculté de médecine

et des sciences de la santé

Dr Kent Saylor

Directeur

Programme autochtone des professions de la santé

 

Le 5 octobre 2020